De bonnes raisons de ne pas fêter la Saint-Valentin


Àpeine le souvenir du rush de Noël oublié, voilà qu’un autre événement pointe le bout de son nez à la mi-février. Voilà que déboule la Saint-Valentin et ses multiples cœurs, peluches et autres bouquets de fleurs et pourtant, je n’ai pas le cœur à dépenser un centime dans cette fête qui ne signifie pas grand-chose au final. Si, comme moi vous cherchez de bonnes excuses pour ne pas fêter ce moment, voici quelques arguments que vous pourrez utiliser avec votre moitié.

Des cœurs pour la Saint-Valentin

Des origines pas très glamour

Pour vous la Saint-Valentin se conjugue forcément avec les petits ours en peluche et suffisamment de cœurs pour résoudre le problème de transfusion dans le monde ? Mais qu’est-ce que cette fête au final et qu’en savez-vous vraiment ?

Remontons à l’Antiquité pour nous plonger dans la Rome Antique (et non la « romantique »). Au milieu du mois de février, les Romains fêtaient Lupercus, un faune associé à la fécondité, en suivant un rite pour le moins original dans nos standards actuels. Lors de cette fête, les prêtres du divin faune sacrifiaient des chèvres avant de marquer du sang des bêtes ainsi tuées le front d’un couple de jeunes aristocrates et de fabriquer des lanières avec la peau des sacrifices.

Ensuite, équipés pour seul vêtement des lanières fabriquées, les deux jeunes gens couraient dans la ville en fouettant toutes les femmes qu’ils rencontraient sur leur chemin de leur lanière, afin de leur assurer fécondité pour l’année. Imaginez un instant le romantisme du moment quand vous voyez fondre sur vous une personne nue et ensanglantée qui vient vous asséner un coup de fouet…

Et pour comprendre comment cette fête a pu évoluer, il faut se remettre dans le contexte d’une chrétienté encore jeune qui cherchait à se débarrasser en douceur des cultes païens en les remplaçant par des saints. C’est en 496 que le pape Gélase Ier décide de nommer le martyr Valentin de Terni saint patron des amoureux et de lui dédier le 14 février. Dès lors, la journée sera connue comme Saint-Valentin et célébrera dans un premier temps les célibataires avant de prendre une forme plus proche de celle que l’on lui connait aujourd’hui.

 

Une fête commerciale

Autre argument qui aura fini de me convaincre du côté artificiel de la Saint-Valentin : il s’agit avant tout d’une fête purement commerciale qui cherche plus à contenter certains commerçants que les couples. En effet, la « tradition » veut que vous offriez un présent à votre moitié et que les messieurs invitent leur compagne au restaurant après leur avoir offert un joli bouquet de fleurs.

Or, la question que vous devriez vous poser est plutôt : pourquoi devrais-je concentrer mes preuves d’amour sur un seul et unique jour ? Finalement, fêter le couple, c’est comme fêter la femme ou les grands-mères : c’est une justification hypocrite qui tend à dire que le reste du temps il ne faut pas s’en inquiéter plus que ça. Si vous attendez la Saint-Valentin pour exprimer votre amour, c’est que vous êtes le pire couple qui soit, celui qui se préserve pour un seul jour.

À la manière de Noël, il faut également se demander si le cadeau ne finit pas par remplacer le sentiment que vous partagez avec votre moitié, à la manière d’un substitut bassement matériel. Voici donc un cadeau en lieu et place de l’amour que je te dois… Mieux vaut, si vous souhaitez marquer le coup, passer un moment intime ensemble sans avoir à jeter en public votre amour.

 

La Saint-Valentin : une pression pour tout le monde

Enfin, la Saint-Valentin est un vecteur de mal-être qui touche aussi bien les couples que les célibataires. Ceux-ci sont bien évidemment touchés de plein fouet par les décorations des vitrines et les publicités qui viennent leur rappeler qu’eux ne pourront pas la fêter. Pour certains, cela vient renforcer un malaise déjà présent tout au long de l’année, en particulier quand ils font face aux couples qui abusent de ce prétexte pour « prouver » leur amour, non pas l’un envers l’autre mais bien aux spectateurs de leur vie.

C’est également une pression pour les couples : ce 14 février, nombreux sont ceux qui vont s’inquiéter de ne pas trouver le bon cadeau ou de ne pas réussir à trouver un restaurant convenable. Ils vont donc éprouver un grand stress pour un moment imposé par la société et non profondément souhaité comme cela devrait l’être.

 

Voilà donc pourquoi vous ne devez pas vous imposer de fêter la Saint-Valentin. A la place, vivez votre vie de couple comme tous les autres jours de votre vie : partagez un moment simple comme vous l’entendez. Il peut s’agir d’un simple film, avachi sur le divan ou même d’une sortie au McDonald’s local : tout ce qui compte, c’est que vous soyez bien dans votre couple et que vous oubliez tout ce que les autres penseront de vous.

Et si on partageait ...Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Pin on Pinterest
Pinterest

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *